Lié au très fort développement de l’utilisation de l’emballage plastique durant ces dernières décennies, le fardelage est partie intégrante des opérations de conditionnement de certaines gammes de produits. Le fardelage est réalisé soit directement sur la chaîne de production, soit ultérieurement sur une ligne d’emballage voire de reconditionnement.

Qu’est ce que le fardelage ?

Opération de conditionnement consistant à regrouper des produits individuels en packs afin de leur ajouter une deuxième couche d’emballage permettant de concilier différents objectifs : facilitation du transport des articles, limitation des ventes du produit à l’unité, réduction des risques de « casse » … Cependant dans la gamme des fardeleuses existantes, il existe des machines basés sur le principe de l’emballage individuel ou du suremballage de produit à l’unité.

Très utilisées dans le secteur agroalimentaire et plus précisément dans les boissons sans alcool (eaux minérales, briques de laits, jus de fruits…) et les conserves alimentaires, les fardeleuses sont également en usage dans les secteurs de la pharmacie, de la parapharmacie, des produits d’hygiène…

Réalisées à l’aide d’un équipement dédié, les opérations de fardelage se déroulent en trois ou quatre étapes successives :

  • Le groupage éventuel des produits devant être fardelés selon des modalités prédéfinies,
  • Le poussage des produits ou des groupes de produits vers le film en rideau,
  • La pose et la coupe du film de suremballage avec raccordement des deux extrémités,
  • le chauffage du film plastique pour assurer sa rétraction autour des produits ou du carton.

Quelle différence entre une fardeleuse automatique et une fardeleuse semi-automatique ?

La différence essentielle entre ces deux types de fardeleuses repose sur le méthode de groupage des produits avant leur entrée dans la partie de la machine dédiée au filmage. En effet sur une fardeleuse automatique un groupeur assure la mise en lots de produits avant qu’ils ne soient repris par le pousseur et expédiés dans le tunnel de filmage. Sur une fardeleuse semi-automatique, le groupage est effectué par un opérateur de production, tandis que le poussage en direction de la zone de filmage peut être soit motorisé soit également effectué à la main.

Les points communs à ces deux types de machines à fardeler sont cependant largement plus nombreux que les caractéristiques qui les opposent. En effet dans les deux cas de figure :

  • L’approvisionnement en produits à emballer est assuré par un convoyeur dédié (alimentation en ligne) de type tapis roulant, bande transporteuse, convoyeur à rouleaux ou à bande.
  • L’enveloppement, à l’aide d’une ou deux bobines de film en rideau, permet d’assurer la couverture des produits, des boîtes ou des emballages sur quatre de leurs six faces.
  • La barre de soudure permet de couper le film thermoplastique puis d’en relier les extrémités, qu’il soit de type étirable ou de type thermo-rétractable.
  • L’utilisation d’un four de rétraction est nécessaire pour les films thermorétractables, que ce soit dans la cadre de l’utilisation d’une fardeleuse automatique ou dans le cadre du recours à une fardeleuse semi-automatique.

La gamme des fardeleuses présentes sur le marché comporte également d’autres types de machines telles les machines à fardeler sans soudure et les machines à fardeler manuellement.

Qu’est qu’une fardeleuse sans soudure ?

L’on désigne sous ce nom une machine d’emballage, sans barre de soudure, destinée à l’empaquetage de bouteilles, de flacons, de boîtes ou d’étuis sous forme de lots ou sous forme de packs. Le raccordement des extrémités du thermoplastique se fait via un doublement partiel de la couverture des produits dans le tunel de filmage de la fardeleuse sans soudure. Le passage ultérieur dans le tunnel de rétraction permet de finaliser l’emballage par thermoscellage.

La diversité de la gamme des fardeuleuses sans soudure permet de répondre aux besoins d’entreprises industrielles agro-alimentaires, pharmaceutiques, cosmétiques, plasturgiques, mécaniques, automobiles, textiles…

Qu’est qu’une fardeleuse manuelle ?

Également connue sous le nom de cellophaneuse, la fardeleuse manuelle est équipée d’un système de coupe par fil chaud ou d’une technologie de soudure-coupe par barre thermo- régulée et fil chaud. Elle peut disposer d’une alimentation en ligne par bande transporteuse ou être approvisionnée à la main par l’opérateur de production qui assure la pose du film étirable ou du film thermo-rétractable. Dans ce dernier cas la fardeleuse manuelle est le plus souvent couplée à un tunnel de rétraction pour assurer le thermoscellage du film d’emballage.

Quelle différence entre une banderoleuse et une fardeleuse ?

Si ces deux catégories de machines peuvent être installées sur les mêmes lignes de conditionnement, elles réalisent toutefois des opérations de suremballage de nature très différentes.

En effet lorsqu’elles cohabitent en fin de chaîne de production, la fardeleuse assure le groupage de produits et leur filmage sous forme de packs, tandis que la banderoleuse est chargé de sécuriser les charges une fois installées sur les palettes en les solidarisant avec leurs supports.

Par ailleurs ces deux types de machines de fardelage sont alimentées avec des fournitures de natures différentes. Alors que les fardeleuses utilisent des films thermorétractables en polyéthylène basse densité ou en polyoléfine, les banderoleuses fonctionnent avec des rouleaux de films étirables en polyéthylène.

Quels produits peuvent être fardelés ?

La diversité des machines à fardeler présentes sur le marché permet de réaliser des suremballages sur mesure pour des produits de natures très différentes, des emballages de protection à moindre coût pour des produits dits longs, ainsi que des suremballages pour des contenants de tailles et de formes diverses,

En effet certains modèles de fardeleuses permettent de réaliser des emballages sur mesure pour des produits en vrac de petite taille (confiseries, viennoiseries, pièces plastiques ou métalliques…), pour des produits culturels, (livres, DVD, CD…) , pour des produits longs à conditionner unitairement (portes, fenêtres, plans de travail, meubles en kit, matelas, échelles…) ou par bottelage (profilés PCV ou métal,  baguettes en bois, tuyauteries souples …).

La plupart des machines à fardeler sont cependant destinées à assurer le suremballage de produits de même nature, disposant de leur propre contenant et devant être regroupés sous forme de lots. Cela concerne principalement les bouteilles, les canettes, les flacons, les briques, les barquettes, les pots, les boîtes, les bidons… utilisés dans les secteurs de l’agroalimentaire, des boissons, de la pharmacie, de l’hygiène, des cosmétiques, des produits phytosanitaires…

Enfin le suremballage individuel de sécurité, selon le principe de pose d’un film thermorétractable, est utilisé pour des produits dont les emballages (étuis, cartons, boîtes…)  ne suffisent pas à réduire les risques liés à leur transport ou à leur stockage.