Le pesage industriel est composé de différents types d’équipements permettant de mesurer des quantités de matières premières ou de produits manufacturés pour tous secteurs d’activité. Balances industrielles, ponts bascules pour camions, pèse-essieux pour bennes, fourches peseuses, doseuses, balances de précision, peseuses industrielles… sont les principaux représentants de cette famille de matériels.

Qu’est-ce qu’une peseuse associative ?

Très utilisées dans les secteurs agroalimentaires et pharmaceutiques, les peseuses associatives sont des machines permettant d’assurer le pesage de produits de façon précise et fiable, et cela à des cadences très élevées.

La structure de ces machines est basée sur l’étagement suivant de haut en bas : la table de dispersion, les doseurs vibrants linéaires et les têtes de pesée. Le mode de fonctionnement est le suivant :

  • Tout d’abord la table de dispersion distribue les produits dans les doseurs qui en assurent l’égalisation des niveaux et le tassage par vibration.
  • Ensuite les doseurs assurent l’alimentation individuelle en produits solides ou liquides des têtes de pesée qui leur sont associées.
  • Enfin ces dernières sont dotées de capteurs de force de précision permettant d’analyser les poids précis pour le conditionnement en sachets plastiques, en flacons ou en boîtes en carton.

Les peseuses associatives sont dotées d’un nombre de têtes pouvant varier en fonction des besoins des industriels : de 10 à 24. Ces matériels sont dotés d’un panneau de contrôle permettant de définir les caractéristiques des pesages à réaliser.

Quelles sont les usages de peseuses associatives ?

La gamme des peseuses de type associatif permet d’effectuer des mesures de petites quantités de produits pour les secteurs de l’alimentation, de la pharmacie, de la chimie fine, de la visserie-boulonnerie ou de la plasturgie.

En effet la gamme des productions dans les pesages peuvent être réalisées avec ces machines est la suivante :

  • Les solides (écrous, boulons, vis, clous, pièces plastique, gâteaux secs, pâtes alimentaires, fruits, légumes, viandes, poissons…),
  • Les liquides (boissons, soupes, détergents, laits corporels…),
  • Les pâteux (sauces, émulsions culinaires, crèmes solaire, soins de beauté, viandes en sauce, plats cuisinés…),
  • Les cristaux  ou les poudres (sucres, lessives, café, cacao…),
  • Les granulés (médicaments, aliments pour animaux…),
  • Les graines (riz, céréales, oléagineux, moutarde…).

Risque-t-on des pertes de produit avec une peseuse associative ?

Le mode de fonctionnement des peseuses associatives, tel que prévu dès l’invention par Ishida, est tel que les pertes de marchandises et denrées agroalimentaires restent très limitées.

L’approvisionnement des doseurs (ou des bennes) est fait par la table de dispersion qui les alimente régulièrement via des canaux de distribution ou des couloirs vibrants. Puis les doseurs alimentent directement et verticalement en produits solides ou liquides les têtes de pesée sans pertes de denrées. Ces dernières remplissent alors par gravitation les emballages, qu’ils soient de type sachets, bouteilles ou étuis en carton.

Les pertes de produits sont donc extrêmement faibles se produisent principalement la chute au sol de denrées pour cause de dysfonctionnement de la machine ou d’approvisionnement manuel mal maîtrisé. Enfin le fonctionnement vertical de la peseuse associé à son système de vibration limite les pertes de marchandises liées à son nettoyage.

Quels problèmes de fonctionnement peut rencontrer une peseuse ?

Les dysfonctionnements les plus fréquemment rencontrés concernent la mauvaise alimentation de la machine à peser via sa table de dispersion.

Une suralimentation de celle-ci entraîne une trop grande fourniture de produits aux godets de pesée rendant ainsi difficile l’atteinte du poids cible. En effet lorsque les niveaux de produits sont trop importants la peseuse se met en arrêt, bloquant ainsi toute la ligne de conditionnement.

Une sous-alimentation de la table de dispersion est également problématique car des quantités insuffisantes de marchandises dans les godets de pesée ralentissent fortement le fonctionnement de la peseuse en rendant difficile l’atteinte du poids cible requis.

Combien de têtes possède une peseuse associative au maximum ?

La gamme de peseuses associatives multitêtes permet de répondre à des besoins très différents dans de nombreux secteurs de l’industrie voire de la logistique. En effet ce système de pesée peut comporter, en fonction des spécificités définies par le constructeur, de 4 à 24 têtes voire même ou au-delà. Le nombre de godets de pesée le plus fréquemment rencontré est de 10,14, 20 ou 24 en fonction de la nature des marchandises (pièces détachées, légumes, fruits, granulés, grains, poudres…).

C’est une combinaison de vitesse des opérations à réaliser et des quantités de produits à mesurer qui va déterminer le cahier des charges permettant de réaliser des machines à peser sur mesure. Cette définition des besoins doit bien évidemment intégrer les contraintes de nettoyage et de maintenance de la ligne de production.